Les enfants semi-orphelins

nature-2573534_640

Je suis si triste. Mon amie américaine qui est une famille d’accueil ici en Thailand, vient de m’annoncer que le petit garçon de 6 ans, Faï, qui était chez eux depuis quelques mois et qui est devenu ami avec ma fille, va devoir retourner chez sa maman dans quelques semaines. La nouvelle pourrait être bonne si seulement on était sûr que sa maman allait bien s’en occuper.

Ici, il y a beaucoup d’enfants orphelins qui sont adoptés rapidement. Les orphelinats ont plus de demandes d’adoption de parents étrangers que d’enfants, ce qui est une bonne nouvelle. Par contre, il y a les enfants que j’appelle les semi-orphelins. (Je ne connais pas le terme usuel) Ces enfants ont des parents qui ne veulent pas ou ne peuvent pas s’occuper d’eux, parce qu’ils sont en prison ou parce qu’ils sont trop pauvres. Ces enfants sont parfois dans un orphelinat pour un temps, parfois dans une famille d’accueil, ou alors chez des cousins, en attendant et en espérant qu’un jour leurs parents voudront bien les récupérer ou les laisser libres.

Oui, beaucoup d’enfants comme Faï ne désirent qu’une chose, que leurs parents les laissent partir. La maman de Faï ne veut pas signer les papiers pour que le petit garçon puisse être adopté. En échange de ces papiers, elle demande l’équivalent de 5000 euros. Elle n’a pas l’attention de récupérer son enfant pour l’avoir auprès d’elle mais elle veut le vendre.

Comment cela va se passer ? Surement comme la dernière fois. Il y a 1 an, cette maman avait récupéré son enfant de l’orphelinat car elle voulait de l’argent et le maltraitait. Les voisins l’avaient signalée à l’orphelinat qui est allé récupérer le garçon. Le grand frère de ce dernier, à peine plus âgé, courait derrière la voiture, en les suppliant de le prendre avec eux. Faï a été placé chez mon ami qui le traitait comme leur fils. Il va à l’école, apprend à parler anglais, fait du Taekwondo et est invité aux anniversaires des copains dont celui de ma fille.

Dans quelques semaines, il retournera chez sa mère car personne ne peut lui verser 5000 euros. On ne sait pas si sa mère s’occupera bien de lui mais j’en doute vu qu’elle est prête à le donner contre de l’argent. Faï a dit à mon ami dans un anglais approximatif qu’elle aime ses parents et ses soeurs d’accueil et qu’il ne veut pas retourner avec sa mère. En aparté, il a dit à l’une de ses soeurs d’accueil qu’il allait s’enfuir de chez sa mère et qu’il reviendra vivre avec eux.

J’écris cet article avec des larmes aux yeux. Malheureusement, le cas de Faï n’est pas unique. J’ai toujours écrit sur ce blog nos journées idéales et mes réflexions sur l’éducation. Aujourd’hui, je voulais partager avec vous une histoire triste mais qui me touche profondément.

Maman homeschooler d’une fille de 7 ans, je suis aussi auteure de l’Ebook « Comment aider son enfant à parler couramment anglais » que vous pouvez retrouver sur mon autre site :
This entry was posted in Divers.

One comment

Laisser un commentaire