Comment nous sommes arrivés à l’unschooling

Cela fait presque 3 ans que nous vivons en Thailande. Nous avons pris la décision de nous expatrier dans le nord de ce pays, car nous voulions une vie plus zen, plus slow life et plus mindfull pour nous et pour notre fille, qui avait alors 3 ans. Nous avons vendu notre maison et mis tous nos meubles dans un conteneur. Nous avons choisi Chiang Mai qui est une ville ni trop petite, ni trop grande et très proche de la nature avec de magnifiques montagnes et des champs un peu partout. En plus, il y a une école Montessori ! J’en ai beaucoup parlé sur ce blog. Etant parents Montessori depuis les 1ers mois d’Emy, il était important pour nous que notre fille rejoigne une école appliquant cette pédagogie. En outre, elle allait être dans un environnement en anglais. Nous pensons que si elle sait parler anglais, son monde sera plus grand.

Wednesday-playgroup-Huay Thung Tao (12)

 

Avec mon mari, nous avons réussi à trouver un certain équilibre dans notre vie mais notre fille ne semblait pas à 100% heureuse à l’école. Et finalement, nous avons appris qu’elle n’avait pas dit un seul mot pendant toute une année passée dans cette école. Elle faisait du mutisme sélectif. Nous l’avons vite retiré de cet établissement qui présentait en fin de compte beaucoup de défauts quand nous avons voulu voir de plus près (esprit de compétition, obligation de finir un travail avant de passer à autre chose, les enfants attendent trop longtemps avant d’avoir de l’aide, les frais de scolarité qui augmentent de 25%…).

Nous avons alors rejoint une co-op montessori de familles homeschoolers américaines. Nous tenions encore à la pédagogie Montessori et à l’apprentissage de l’anglais pour notre fille. Le début était idyllique. J’étais contente de pouvoir participer à la scolarité de ma puce en assistant les éducatrices 2 fois par semaine. Mais en étant à l’intérieur, je pouvais aussi voir les défauts. Et elles étaient trop nombreuses à mon goût. Dans le même temps Emy trouvait les journées trop longues, ne voulait pas apprendre les mots de la série rose en anglais car elle ne comprenait pas ces mots, était dérangée par les vas et vient des autres enfants et les éducatrices étaient trop strictes. Au bout de 2 mois, nous sommes partis.

Stage poney (5)

Nous n’avions plus de solutions alternatives et j’avais peur de me lancer dans le homeschooling pour beaucoup de raisons :

  • je ne me voyais pas capable de suivre un programme, de faire l’école à la maison et de devoir me battre tous les jours avec Emy
  • je me demandais comment la puce allait se faire des amis
  • j’avais peur qu’Emy ne sache pas parler anglais

 

Et là, j’ai vu le film « Etre et devenir ». Il est arrivé au bon moment de notre vie. L’unschooling allait m’aider à me sentir plus à l’aise dans notre quotidien. Pas de programme à suivre, pas d’obligation, juste faire confiance à ma fille.

Quant aux amis, finalement, ce n’est pas si difficile. Il y a beaucoup de familles homeschoolers ici donc nous les rencontrons souvent lors de playdates. Nous avons aussi gardé contact avec les amis d’anciennes écoles et nous rencontrons des tas de gens, petits et grands dans la vie de tous les jours.

Et pour l’anglais, je ne savais pas comment faire, Nous avons pensé á engager un prof d’anglais mais 2 ou 3 heures par semaines ne devrait pas suffire pour bien apprendre l’anglais. Nous avons aussi pensé à prendre une jeune fille au pair mais cette solution ne nous convenait pas côté organisation chez nous. Du coup, j’ai cherché et cherché. Et la solution était sous mes yeux. Comment faisaient les autres familles homeschoolers thai, italiennes, japonaises, françaises… ? Leurs enfants n’allaient pas à l’école, ne prenaient pas de cours et pourtant parlaient couramment anglais avec un bon accent en plus. Je les ai alors interviewées, suivis dans leur quotidien et j’ai compris leur méthode. J’ai alors compilé mes trouvailles  dans un Ebook : « Comment aider son enfant à parler couramment anglais ? » en espérant qu’il pourra vous aider comme cela m’a facilité les choses pour ma fille qui parle couramment anglais maintenant.

Image-Ebook-Comment_aider_son_enfant_à_parler_couramment_anglais

 

Si le sujet vous intéresse, je vous invite à visiter mon autre site ici. Vous pourrez y voir le sommaire du livre.

 

Maman homeschooler d’une fille de 6 ans, je suis aussi auteure de l’Ebook « Comment aider son enfant à parler couramment anglais » que vous pouvez retrouver sur mon autre site :

Laisser un commentaire