Unschooling : quand parfois le doute s’installe

Il y a quelques jours, ma fille était invitée à un anniversaire. Il y avait une quinzaine d’enfants tous scolarisés. Je ne sais pas pourquoi mais un petit groupe d’enfants (5 à 7 ans) s’est retrouvé à faire des divisions avec un papa. Mon mari s’est dirigé vers la maman d’une petite de 5 ans en lui disant que cette dernière était impressionnante. Tout le monde admirait cette petite qui fréquente une école Montessori hors de prix.
15826701_1796532470599876_1685778387838113202_n

Sur le coup, un gros doute m’a envahi.

« Est-ce que j’ai bien fait de choisir l’unschooling pour ma fille de 6 ans ? »

Elle ne sait pas faire des divisions comme la petite de 5 ans !!! J’était un peu prise de panique. Je me suis dit que j’allais rentrer à la maison et faire des cours accélérés de division à ma fille pour rattraper son retard.

Mais, heureusement, quand cette panique intérieure est passée, je me suis calmée et j’ai repris mes esprits. Je me suis souvenue que quelques minutes plus tôt, je discutais avec la maman de cette petite fille et prenais de ses nouvelles comme nous nous connaissons depuis plusieurs années et qu’elles ont déménagé dans la capital. La maman me disait qu’elle travaillait beaucoup et passait beaucoup de temps dans les bouchons. Du coup, elle a dû employer une babysitter pour aller chercher sa fille après l’école et la garder 2-3 heures le temps qu’elle rentre. De plus, cela fait plus d’un an que sa fille est dans sa nouvelle école Montessori, sans cour de récréation, et elle n’a toujours pas eu l’occasion de discuter avec les éducateurs ni d’aller voir comment cela se passe dans la classe. Mais la petite a l’air de bien apprendre.

15823213_1796554320597691_4956788697438819788_n

Cette conversation m’a confortée dans mon choix de l’unschooling. Certes ma fille de 6 ans ne sait pas encore faire des divisions mais elle est libre. Elle profite de sa famille, joue avec des amis, apprend à son rythme et a accès aux aires de jeux et aux parcs tous les jours. Je connais son niveau, nous travaillons ensemble sur beaucoup de sujets et nous adaptons nos activités en fonction de ses intérêts du moment. Elle a le temps de prendre des cours de tennis, de ballet, de piano et de dessin, sans se sentir surchargé de travail.

Il est parfois nécessaire pour nous, les parents d’enfants qui font l’école à la maison, IEF, homeschool ou unschool de se rappeler pourquoi nous avons fait notre choix. Le doute peut s’installer à tout moment mais n’oubliez pas de vous rappeler des bons moments que vous passez avec votre enfant. N’hésitez pas à noter tous les arguments qui vous ont aidé à franchir le pas pour les relire de temps en temps. C’est ce que j’ai fait ici et cela m’a fait du bien.

Petite note : les photos qui illustrent cet article ont été lors d’activités extrascolaires comme ma fille a l’habitude de faire avec d’autres familles.

Maman homeschooler d’une fille de 6 ans, je suis aussi auteure de l’Ebook « Comment aider son enfant à parler couramment anglais » que vous pouvez retrouver sur mon autre site :

2 comments

  1. Anonyme says:

    Bonjour Oh la la, faut pas s’inquiéter pour ça, il y a temps pour toute chose et votre fille n’est pas en retard pour les divisions, loin de là ! Moi ce qui m’inquiète c’est justement qu’à 5ans cette petite sache faire des divisions C’est beaucoup trop tôt !

Laisser un commentaire