Savoir dire pardon à son enfant

savoir dire pardon

L’autre jour, pendant le déjeuner, ma fille avait quelque chose qui la gênait dans sa bouche qui était pleine. Comme la plupart du temps, elle a besoin de recracher le contenu de sa bouche et a envie de régurgiter. Ce genre de chose m’a toujours stressée car ma fille a toujours eu un rapport plutôt difficile avec la nourriture depuis sa naissance. Et quand je suis tendue, je ne suis pas toujours très facile. J’ai donc fini par lui crier dessus en lui disant d’arrêter cela car elle allait encore vomir le peu qu’elle a mangé, comme d’habitude. Ma fille était toute triste de ma réaction et moi aussi.

L’incident passe, nous terminons tant bien que mal le repas avec un sentiment peu agréable. Nous continuons tranquillement notre journée mais je ne me sentais pas bien du tout. Je me suis alors approchée de ma puce et lui ai dit « Emy, je suis désolée de t’avoir crié dessus. Je n’aurais pas du le faire »

Là, si vous avez vu son visage ! Un grand sourire de soulagement s’est dessiné sur ses lèvres. Elle était radieuse. Apparemment l’incident la travaillait autant qu’à moi. Elle s’est jetée dans mes bras et m’a demandé si je l’aimais encore.

Moi : « Bien sûr que je t’aime. Même quand je suis en colère, je t’aime tu sais. »

Emy : « Je t’aime, maman ! »

Nous nous faisions un gros câlin et rien d’autres ne comptait à e moment là.

 

De cette histoire, j’en retire 3 choses.

 

1. Il faut savoir s’excuser

Il n’est jamais facile de reconnaitre ses torts et encore moins de s’excuser auprès de l’autre. C’est souvent comme cela et encore plus avec son enfant car on pense qu’il a déjà oublié ce qui s’est passé. Apparemment, non, il n’oublie pas. Si cela vous travaille, il se peut que cela travaille votre enfant aussi.

Alors n’hésitez pas à vous excuser et vous aurez droit au plus gros calin de votre vie, en plus de vous soulager moralement et de libérer votre enfant de sa souffrance.

 

2. La violence verbale fait mal et marque l’enfant

Parfois on cède à la colère et on s’emporte. Il est tellement si facile de crier sur un enfant qui ne répond pas par peur. J’essaie souvent de me demander si j’aurais la même réaction devant une autre personne : mon mari, une amie … souvent la réponse est NON. Alors pourquoi le faire avec ma fille que j’aime plus que tout au monde ? Je ne sais pas. J’essaie de travailler sur moi.

En tous cas, cet incident m’a montré que ma fille a très mal pris ma colère qui n’était pas justifié, avec le recul.

 

3. L’enfant a besoin de se sentir aimer

Cette histoire m’a aussi appris que l’enfant a besoin de sentir aimer. Ma puce avait peur que je ne l’aime plus car je lui ai crié dessus. D’ailleurs, souvent quand son papa ou moi, nous la réprimandons, elle se comporte comme un ange. Ses sourires et ses gestes sont exagérés. Comme si elle voulait se montrer charmant pour qu’on la voit parfaite. Je pense qu’elle a besoin de s’assurer que nous l’aimons encore.

J’essaie donc de lui dire je t’aime tous les jours et plusieurs fois par jour. D’ailleurs, je ne me force pas, cela sort naturellement de ma bouche. Il suffit que je la regarde pour que je sois envahie d’un sentiment d’amour et spontanément je lui dis « je t’aime ma puce ». Je sais que beaucoup ont du mal à le faire. Mon mari par exemple aime notre fille d’un immense amour mais a du mal à mettre cet amour en mots. Il travaille sur lui depuis qu’il a remarqué qu’Emy me disait spontanément « Je t’aime » alors qu’elle ne le fait pas avec lui.

Je pense qu’il faut mettre son ego ou je ne sais quoi de côté et montrer son amour à tout ceux qu’on aime, surtout à nos enfants qui en ont besoin en plus. Il ne faut pas qu’on le regrette dans quelques années.

 

Maman homeschooler d’une fille de 6 ans, je suis aussi auteure de l’Ebook « Comment aider son enfant à parler couramment anglais » que vous pouvez retrouver sur mon autre site :

Laisser un commentaire